Espace Entreprises
Accueil>Actualités>Contrôle technique 2018 : les nouvelles règles à connaître

Contrôle technique 2018 : les nouvelles règles à connaître

Vous avez dit contrôle technique ?

Le contrôle technique a été mis en place avec comme objectif principal de réduire le nombre d’accidents de la route en garantissant le bon état des véhicules. Depuis le 20 Mai 2018, le contrôle technique s’est un peu plus durci… Le nombre de points de contrôle est passé de 123 à 133. Les points de contrôle sont principalement liés à la sécurité et à l’environnement. Le nombre de défaillances est ainsi passé de 453 à 600. Le contrôle technique devient plus compliqué, plus long mais aussi plus cher. 
Il existe trois niveaux de défaillances :

  • Défaillances mineures : véhicule devant être réparé sans obligation de contre-visite
  • Défaillances majeures : véhicule soumis à une contre-visite pour attester que les réparations ont été effectuées (délais de 2 mois). Le meilleur moyen d’éviter la contre-visite est d’entretenir votre véhicule au quotidien.
  • Défaillances critiques : véhicule autorisé à circuler le jour du contrôle

S’il s’agit d’une défaillance critique, le conducteur doit effectuer les réparations le jour même du contrôle technique pour pouvoir continuer à rouler. Rouler sans contrôle technique valide vous expose à une amende de 135€. 

Les véhicules soumis au contrôle technique

Le contrôle technique concerne tous les véhicules de quatre ans ou plus, dont le PTAC est inférieur ou égal à 3.5 tonnes. Les véhicules concernés sont : 

  • Les voitures particulières (VP) : Toutes les voitures particulières, quel que soit le carburant utilisé sont concernées par le contrôle technique dès la quatrième année de mise en circulation, puis tous les deux ans.
  • Les véhicules utilitaires (Ctte) : Les véhicules utilitaires dont le PTAC est inférieur ou égal à 3.5 tonnes doivent passer le contrôle technique dès la quatrième année de mise en circulations puis tous les deux ans. Les véhicules utilitaires ont l’obligation de passer un contrôle anti-pollution les années intermédiaires. 
  • Les camping-cars d’un PTAC inférieur ou égal à 3.5 tonnes 

Contrôle technique et certificat d’immatriculation

En temps normal, la date de validité du contrôle technique figure sur la carte grise à la rubrique « i ». 

  • Véhicule admis : Le contrôleur apposera une vignette portant la lettre "A" avec une date de validité de deux ans sur la carte grise. Pour les véhicules utilitaires, la vignette est valable uniquement un an. Un contrôle anti-pollution doit être effectué l’année qui suit le contrôle technique. 
  • Véhicule non admis pour défaillances majeures (contre-visite) : Le contrôleur apposera une vignette portant la lettre "S" sur la carte grise. Elle a une validité de 2 mois.
  • Véhicule non admis pour défaillances critiques : S’il s’agit d’une défaillance critique, le contrôleur apposera une vignette portant la lettre "R" est sur la carte grise. Elle est valable le jour même du contrôle. Elle nécessite d’effectuer les réparations le jour même du contrôle pour pouvoir circuler. 

L’année dernière, plus de 25 millions de contrôles techniques ont été réalisés. Les défaillances ayant entraîné le plus de contre-visites sont : les liaisons au sol (pneus), l'éclairage et la signalisation (feux, clignotants), le freinage ainsi que la pollution et le niveau sonore. Qu’en sera-t-il pour l’année 2018 ? 
 

Rechercher d'autres articles